Contribuez à inventorier les cabines hautes en faveur des rapaces…

Vous qui arpentez la nature de manière occasionnelle ou régulière, peut-être avez-vous connaissance de ce type de construction appelée « Cabine haute » (cf. photo).

Tout d’abord qu’est-ce qu’une cabine haute ? C’est un bâti construit par EDF il y a plusieurs années, aussi appelé transformateur. Cette construction permet d’acheminer l’électricité vers le consommateur ; de passer de la moyenne tension à la basse tension.

En partenariat avec Enédis (ex ERDF), la LPO Tarn engage un inventaire départemental des cabines hautes désaffectées afin de préparer ensuite un programme d’équipements (nichoirs) en faveur des rapaces et/ou des chauve-souris (faucon crécerelle, chouettes hulottes et effraie…).

Il est nécessaire que ces cabines hautes ne soient plus en fonctionnement, c’est-à-dire qu’aucun câble électrique ne rentre ou ne sorte de celle-ci ; qui garantit qu’elle n’est plus utilisée. De préférence, nous retiendrons les cabines hautes éloignées quelque peu d’un bord de route, ou alors d’une route très peu passagère. Il existe également des cabines hautes en pleine campagne qui sont des postes privés dans le cadre de stations de pompage d’eau pour l’irrigation ou l’alimentation électrique d’une carrière (Sidobre). Certaines de ces cabines sont aujourd’hui abandonnées et pourraient ensuite être diagnostiquées en vue d’un équipement en faveur des rapaces et/ou des chiroptères

Si vous connaissez déjà une cabine haute désaffectée ou si vous décidiez de vous mettre en quête d’en répertorier, merci de nous envoyer les informations aux adresses mails ci-dessous.

Informations à communiquer : localisation sur plan et/ou coordonnées GPS + photos si possible de la cabine haute et de son contexte environnemental.

Un grand merci par avance de votre collaboration.

Louis Carrié : 17lycaon@gmail.com

Christophe Maurel : c.maurel@sfr.fr

Pour Info :

Il y a quelques années, une cabine haute a été aménagée près de la Réserve naturelle de Cambounet/Sor et abrite aujourd’hui de la chouette effraie. Une deuxième cabine va être équipée début juillet 2020 sur les hauteurs de la vallée du Tarn, près de Courris (ci-contre photo avant aménagement).