Revenir à Quelques sites exceptionnels dans le Tarn

Le Causse de Caucalières-Labruguière

Au sud-est de Castres, le Causse de Caucalières-Labruguière, espace classé Natura 2000, est un plateau sédimentaire calcaire d’une altitude comprise entre 200 et 330 mètres. Le sol étant perméable, les cours d’eau sont intermittents et le réseau souterrain est encore mal connu.

 

L’influence méditerranéenne se fait sentir par le vent d’Autan, un foehn, qui peut y souffler de manière très soutenue plusieurs jours d’affilée. Une des caractéristiques de ce causse est donc la sécheresse, d’où son aspect parfois steppique, les pelouses sèches couvrant plus de la moitié de la superficie, servant de pâturages à des ovins, forêts et espaces labourés occupant le reste.

En conséquence, la biodiversité présente des caractères différents des écosystèmes présents dans les massifs anciens cristallins environnants.

Pour ce qui est de la faune, des espèces d’affinités méditerranéennes y sont présentes dont la Magicienne dentelée ou Saga pedo, un insecte orthoptère, le Lézard ocellé et la Fauvette mélanocéphale. Bien que difficile à surprendre, l’Œdicnème criard est un peu l’oiseau emblématique du Causse. Le Causse accueille de nombreux oiseaux migrateurs comme le Circaète Jean le Blanc, la Bondrée apivore, l’Aigle botté, le Busard cendré, la Pie grièche écorcheur qui y passent la belle saison et s’y reproduisent, la liste étant loin d’être exhaustive. On a pu y observer des espèces plus rares dans la région comme le Faucon kobez, le Coucou geai, la Pie grièche méridionale, le Traquet oreillard, le Rollier d’Europe et le Pluvier guignard, qui eux se contentent d’une halte de quelques jours. L’Elanion blanc a été vu il y a quelques années, sans lendemain.

En ce qui concerne la flore, plus de trente espèces d’orchidées ont été répertoriées sur le Causse dont l’Ophrys du Gers (Ophrys aegertica) et le rare Ophrys bombyx (Ophrys bombiliflora).